Rappel : en Bretagne il ne pleut que sur les cons.

Je sais pas si c’est pareil à Entrecasteaux. Du 8 au 13 février, me revoilà parti pour les colonies. Le transit aller avec encore plus de vent que la dernière fois, une véritable essoreuse. Pas de pluie, mais vu qu’on est dans les nuages, avec le vent ça cingle un peu le visage. Enfin ça se calme et ça se découvre quand on arrive à la salle à manger, avec la vue sur les roches ocres de Del Cano d’un côté et des falaises d’Entrecasteaux de l’autre. Une descente tranquillou par la via, arrivée vers 16h à la cabane.

Juste le temps pour remonter dans une colonie de gorfous guetter le retour d’individus portant une balise. Pendant tout ce séjour, plusieurs montées dans cette colonie mais aucune balise trouvée (sur 12). Heureusement, à chaque fois un bon repas avec du pain chaud maison nous attend, grâce à Monseigneur Pat’ (à Pain). Un grand merci à notre GP, aux petits soins 24/24 ! Dès le lendemain, il pleut, il bruine, ça se découvre à l’horizon quelques minutes le temps de faire espérer avant de se remettre à pleuvoir.

La manip principale consiste à mesurer et peser des gorfous sauteurs revenant de la mer et montant avant de muer. Premières conclusions : un gorfou ça peut être vif, surtout sur les rochers mouillés, essayez pourtant de vous déplacer en sautant à pieds joints, pas facile. Sinon vu sa petite taille, c’est super costaud ! L’œil rouge est toujours un peu perturbant, ceux qui reviennent pour muer ne sont pas les plus beaux. Après la mue, ils possèdent une couleur noire-bleue et des aigrettes jaunes très intenses. Le tout se passe sous le regard indifférent des otaries et un concerto en pup’s mineur.

Le dernier jour de manip, c’est prise de sang sur les poussins de bec jaunes. Les becs jaunes sont les albatros les plus répandus et les plus petits d’Amsterdam, très beaux en vols mais peu doués pour les atterrissages. La vie de leurs colonies est vraiment passionnante avec des prises de bec nombreuses, des décollages-atterrissages spectaculaires, des parades de reconnaissance élaborée, et bien sûr des poussins (de près de 4 kg actuellement !), boules de duvet blanc aux yeux et aux becs noirs, avec un prolongement au milieu de la tête façon Joker dans Batman.


C’est l’heure de la recette : le vomi de bec jaune. Prenez du calamar, des langoustes, du poisson, laissez mariner pendant quelques années, colorez le tout en orange. Pour accélérer les choses, vous pouvez rajouter du Beaujolais Nouveau premier prix et choper une bonne indigestion. L’odeur est vraiment infecte, quelques poussins vomissent dès qu’on les touche, partout sur les vêtements étanches (Flexo). Pas trop de soucis quant à leur santé, des nourrissages de près de 600g ont été observés, le tout en moins d’une minute 30. Essayez chez vous, ça fait un sacré challenge !

Le lendemain, transit retour, avec peu de vent mais pas mal de pluie. Et la remontée de la Via Ferrata qui s’effectue dans une cascade (qui porte bien son nom cette fois-ci, « La Grande Connasse »), trempés dès le début comme ça. Et on va pas dire que ça augmente particulièrement l’adhérence ! Quelques centimètres d’eau et de la boue bien liquide nous accompagneront tout le trajet retour. Content d’être en permanence en bottes.

Conclusion du séjour : il fait beau, il fait chaud, c’est la fête à la flexo !

Erwan

 

PS: bon courage à tous les français frigorifiés!