Non non non, ce n’est pas le menu d’hier… quoi que. Plutôt celui de la semaine passée ! On commence avec du poisson pour un week-end de pêche (en tant qu’observateur) à Ribault, à une vingtaine de minutes de la base. Sport de pêche, cabane posée le long des falaises, barbecues,… Que du bonheur. Langoustes et thon grillés, carpaccio de dorades (« bleus »). Philou s’est fait arracher ou casser plusieurs hameçons, preuve de la force et de la vivacité de la bestiole.

A peine rentré sur base pour une douche, et direction la cabane Antonelli de l’autre côté par rapport à la base, pour prendre un peu d’avance sur le trajet du lendemain, direction le plateau des tourbières. Levé 4h du matin, petit-dèj et en route pour une prospection des nids d’albatros d’Amsterdam. Quelques heures de marche en raquettes sur la tourbe, pas mal de vent, quelques petites averses, mais une vue très dégagée. Et beaucoup de nids aperçus, l’alba posé dessus ressemblant alors à un dindon. Par contre en vol, c’est un planeur fou, gigantesque (3m50 d’envergure). A terre, la parade est également un spectacle, les 2 oiseaux se faisant face « debout », les ailes déployées, en poussant des cris le bec vers le haut. Une bien belle et fatigante journée, et un repos bien mérité.
Première pêche le lendemain avec Rico et Jipé (les 2 réus) comme instructeurs à la cale, et 9 bleus pour mon compte ! A côté de moi, Rico sort une fausse morue et des rouges à foison, plus d’énormes bleus. Pas la même expérience, après 7 missions ici…

Et enfin langoustes, avec une journée sur l’Austral (langoustier à Amsterdam et Saint-Paul). Visite du bateau, tri des langoustes, remontée des canots, découpe des cabots de fonds (énormes poissons d’une vingtaine de kilos), avant l’apéro dans la cabine de capitaine Yannis. Puis repas au carré des officiers (succulent) jusqu’à 16h. On est vraiment accueilli comme des rois sur l'Austral, tout le mode nous sourit, nous explique un peu ce qu'il fait, c'est vraiment des mecs en or. Retour un peu précipité car un des hivernants s’est planté un hameçon dans le doigt (et c’est pas des petits émoussés), direction l’hôpital de la base pour l’extraire.
A noter un apéro-bivouac organisé à la Chapelle, sur le thème du VATiCamp. Quelques grosses bourrasques et averses auront raison de notre sommeil, nous avons fini la nuit bien au chaud dans nos lits !

Si l'on y ajoute une plongée avec le contrôleur des pêches dans la barrière d'algues, avec les otaries et des effets de lumières splendides, plus le passage pour quelques heures du Marion Dufresne, une petite Marie, on obtient 10 jours bien chargés! Il faut bien sûr y ajouter le boulot et le tri des déchets des derniers gros chantiers. Donc aujourd’hui repos après toutes ces émotions, avant de bien ré-attaquer la semaine.

Erwan